septembre 23, 2020

SOCIÉTÉ : MAISON DE LA CULTURE SAWA; UNE FIERTÉ DE LA VILLE DE DOUALA.

SOCIÉTÉ : MAISON DE LA CULTURE SAWA; UNE FIERTÉ DE LA VILLE DE DOUALA.

Une visite du chantier de cette infrastructure a été faite par le maire de la ville de Douala, Mbassa Ndine, le 7 mai dernier.

Ce joyau architectural qui se dresse fièrement à la place du défilé, lieu dit Besseke, est une œuvre que le premier magistrat la vile entend l’achever le mettre à la disposition de la communauté Sawa.

Données techniques
La maison de la culture Sawa est un bâtiment R+3 à usage culturel, en forme de pirogue, qui s’étale sur 5400m2 et composé de trois principaux blocs, à savoir: un bloc qui comprend un rez-de- chaussée, une bibliothèque, quatre bureaux, des logements d’astreinte, deux ascenseurs d’une capacité de 1000 kilogrammes, et un escalier. Puis un deuxième composé d’une salle polyvalente, et d’une mezzanine pouvant accueillir 2000 personnes. Enfin,le troisième bloc quant à lui aura entre autre un restaurant avec possible extension, une salle de conférences modulable et d’exposition des vestiges Sawa et du Cameroun entier.

Ce bâtiment est la preuve d’une volonté que l’exécutif municipal de la ville de Douala œuvre pour une ville propre ayant des repères historiques où les touristes peuvent s’abreuver pour accroître leur connaissance.

Cette descente qu’à effectué le maire ce jour est la preuve d’une continuité dans l’action publique.
Fort de ce constat, le président en exercice du Ngondo, Sa majesté jean-Yves Eboumbou Douala Manga Bell, chef supérieur du Canton Bell, va le signifier au maire de la ville, d’achever le chantier entamée par son prédécesseur.
Pour le maire, c’est toujours bien de terminer cette oeuvre qui donne une autre coloration à la ville,<< Ce joyau architectural va contribuer au rayonnement de la culture Sawa et d’autres cultures. Nous allons assurer une fonctionnalité administrative.>> va-t-il déclarer.

Le 05 mars 2016, la pose de la première pierre de la maison de la culture sawa a été lancée, aujourd’hui le taux des travaux est estimé à 90%, l’apport pécunier de l’État du Cameroun via la Communauté urbaine de Douala contribué est de 75% sur les 6,5 milliards FCFA sur le coût des travaux et le reste des 25% de la cagnotte viennent du Nhondo.
Depuis son élection, le premier magistrat de la ville pose des actes dignes d’un mangement orienter vers les populations, l’on en a pour preuve la réintégration des dix(10)ex-delegues grévistes après 37 mois de bras de fer avec la CUD dans un contexte marqué par le Covid-19.

Par : Dim Dim

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *