mai 28, 2020

CULTURE : Halima présente « Vénération » et « Hommage au peuple Bamoun »

CULTURE : Halima présente « Vénération » et « Hommage au peuple Bamoun »

Les deux albums sortis respectivement en juin 2016 et en octobre 2018 sont le fruit de l’ardeur au travail de l’artiste musicienne- auteure- compositrice

En conférence de presse ce mardi 16 octobre 2018 à Douala,Halima est longuement revenue sur les motivations qui l’ont poussé à mettre sur le marché discographique ces nouveaux opus de sa discographique.

Vénération
Après un break dû à son engagement nuptial et la vie de famille qui l’interpelle, Halima se lance dans le rythme gospel car fortement inspirée et consciente des biens faits que le Dieu miséricordieux apporte sans cesse dans sa vie.Le déclic et le basculement de Halima vers le gospel s’explique dans cette profonde gratitude qu’elle exprime à travers des louanges par le chant. Fortement inspirée par la cohabitation pacifique des religions chrétienne et musulmane dans son Noun natal,Halima chante pour la paix,l’amour du prochain et la tolérance. Pour rester fidèle au temps de Dieu en action et réalisation,Il a fallu quatre (04) années de travail pour que l’album « Vénération 1″ voit le jour.Divers compétences et expertises ce sont fortement mobilisées pour penser,composer,chanter,arranger…cet opus de six titres de louange, de témoignage et de profonde gratitude. »Adoration », »Il est le même », »The God je the glory », des mélodies aussi envoûtantes qui ne laissent pas le mélomane indifférent et insensible. »Vénération » enregistré dans les studios à Douala et à Paris.

« Hommage au peuple Bamoun »
L’album de trois titres n’est que la continuité dans la diversité,un choix voulu par l’artiste musicienne Halima.Du fond de sa passion pour le gospel,Halima est poussée par un sens de créativité diversifiée qui la ramène vers des chants patriotiques de cohésion sociale et la pérennisation de la tradition sécuritaire du peuple bamoun.Elle reprend des titres à succès.Notamment « Main dans la main » de Tchana pierre, »Ndandjie » de la princesse Nji Mbemounyie Zenabou.Elle compose aussi l’hymne du canarval de la Femme Bamoun à l’occasion de l’Édition 2018 du Festival Ngoun,les Journées Traditionnelles et Économiques du peuple Bamoun.Ces chansons sont compilées dans ce dernier bijou « Hommage au peuple Bamoun » qui sera dans les bacs en son et vidéogramme à la fin du mois d’octobre 2018.

Son parcours
Après ses passages dans les orchestres scolaires,aux côtés d’artistes camerounais qu’elle accompagnait pour les choeurs,l’orchestre de la caravane artistique et culturelle de la Sitabac comme chanteuse.Ey c’est en 1998 qu’elle enregistre sa première maquette dans les studios Mouasso à Koumassi- Douala et Ebehidi à Akwa-Douala.De 1998 2000,elle effectue divers play back en concerts publics à travers le pays.De février à mars 2000,elle compose des chansons pour son premier album intitulé « Hommage et soutien aux actions de la première Dame Camerounaise » Mme Chantal Biya et procédera entre mars et avril 2014 à l’enregistrement final de l’album.

Biographie
Née le 28 juillet 1966 dans la région de l’Ouest Cameroun et originaire du royaume Bamoun dans le département du Noun,Alima Françoise épouse Mboue Mboue de son pseudonyme « Halima » se découvre une vocation pour la chanson depuis les bas âge.Elle s’inspire des sons et rythmes du peuple Bamoun qui ont bercé son enfance et appartiennent à ce riche répertoire des musiques de ce bassin culturel au potentiel qui tutoie les autres grandes civilisations du monde..Elle chante en langues françaises,anglaise,en Beti (Bulu,Ewondo),bamoun,foulbe,pidgin,arabe,douala,bafia.

Par : Sandrine BABO

 

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *