mai 28, 2020

SYRIE : CIBLE DE FRAPPES AERIENNES DE LA COALITION FRANCO-BRITANNIQUE-AMERICAINE

SYRIE : CIBLE DE FRAPPES AERIENNES DE LA COALITION FRANCO-BRITANNIQUE-AMERICAINE

Coup de théâtre dans la nuit du 13 au 14 avril. Le territoire Syrien est la cible de près de 105 missiles français, américains, et britanniques. Ces attaques interviennent en représailles à l’utilisation d’armes chimiques par le régime de Bachar – Al-Assad, lors de la dernière offensive menée dans la Ghouta orientale.

Les cibles:
Prenant pour motif les attaques à l’arme chimiques menées dans la localité de Douma le 7 avril dernier, la coalition occidentale a mené un raid sur des supposés sites de fabrication et de stockage d’armes chimiques. Le Pentagone à annoncer qu’il s’agissait principalement d’un centre de recherche et de développement situé à Barzé, dans la banlieue de Damas et de deux cibles dans la province de Homs (centre de la Syrie) : un entrepôt d’armes chimiques situé à proximité d’un bunker abritant des équipements servant à la fabrication d’armes chimiques, ainsi qu’un important centre de commandement.
Aucunes pertes en vie humaine n’a été déplorée ni du côté de la coalition, ni du côté Syrien.

Forces engagées:
Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni auraient lancé au total 105 missiles. Un chiffre corroboré par le haut commandement de l’armée syrienne qui a parlé d’ « environ 110 missiles tirés sur des cibles à Damas et ailleurs dans le pays », en précisant qu’ils auraient été tous interceptés.

Réactions:
Le régime de Bachar Al-Assad a dénoncé une ‘’agression barbare et brutale des occidentaux’’, visant à ‘’entraver’’ une mission d’enquête de l’organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC). Cette mission était censée débuter le samedi 14 avril, jour des frappes de la coalition. Coup du hasard ou fait prémédité ? N’était ce pas une manière pour les occidentaux de faire disparaître les preuves susceptibles de les inculpés? Dans l’hypothèse où, les centres de recherche dont ils font mention auraient peut être été développés par eux même.
Le Kremlin a dénoncé ces frappes avec la dernière énergie et la plus grande fermeté, en précisant qu’elles avaient été faites en violation du Droit International. A cet effet, Moscou a demandé et obtenue la tenue d’une réunion d’urgence du conseil de sécurité de l’ONU, au cours de laquelle, elle a présenté une résolution destinée à condamner ‘’ l’agression contre la République arabe syrienne par les Etats-Unis et ses alliés en violation du droit international et de la Charte de l’ONU. Une résolution qui n’a malheureusement pas été adoptée.

Michèle ZING.

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *