septembre 20, 2019

Politique : Julins Sepo Tingueu  » le Cameroun est à l’image d’un bateau qui s’étend sur la mer au gré du vent. »

Politique : Julins Sepo Tingueu  » le Cameroun est à l’image d’un bateau qui s’étend sur la mer au gré du vent. »

La probable prorogation du mandat des conseillers municipaux et députés à laquelle nous observons depuis quelques jours suscite le courroux des acteurs politiques de l’opposition qui sont d’ailleurs montés au créneau il y’a plusieurs mois ,pour réfuter l’organisation d’une élection fut – elle municipale ou législative dans les conditions sécuritaires actuelles. Ils rejettent aussi l’exposé du motif évoqué par le président de la république en vue d’obtenir via les deux chambres du parlement ,une deuxième prorogation du mandats des élus locaux . Au regard du contexte actuel au Cameroun ,Julins sepo Tingueu pense que le Cameroun est loin d’être géré comme il se doit.Dans un entretien à bâton rompu ,l’homme politique s’est exprimé sur l’éventuelle prorogation du mandat des conseillers municipaux et députés. Il parle aussi de l’enlisement de la crise anglophone ,tout comme l’arrestation des militants du Mrc.

Monsieur julins Sepo Tingueu vous êtes un élu local ,précisément conseiller municipal Mrc à la Mairie de Douala 3e. Comment avez – vous accueilli cette probable rallonge du mandat des conseillers municipaux et députés de la nations?

Vous savez Didier ,nous sommes dans un pays formidable. Quand dans un pays les gens se lèvent un matin et donnent l’impression d’être surpris ,c’est inquiétant. Lorsque vous regardez l’exposé de motif de cette prorogation ,il n »est dit nulle part que c’est parce-que le Cameroun est en crise.Pourtant tout le monde sait que c’est de ça qu’il s’agit. je vous rappelle que c’est le même président qui avait déjà annoncé en décembre 2018 que toutes les élections se tiendront à date. il a fallu 06 mois pour constater qu’il s’était trompé.Le président ne peut pas se réveiller un matin et constater qu’il y’a chevauchement entre les différentes consultations électorales. Le Cameroun est à l’image d’un bateau qui s’étend sur la mer au gré du vent.je pense que ce pays n’est pas gouverné. La preuve ,lorsqu’on a renvoyé les élections en 2018 ,la raison évoquée était le chevauchement.Tout simplement parce-que dans la situation où se trouve le Cameroun ,il est impossible d’organiser les élections locales qui sont des scrutins de proximité où chaque candidat doit aller dans sa localité battre campagne. Et au Nord-ouest et Sud – ouest c’est quasi- impossible.

La crise anglophone s’enlise et on attends toujours ce fameux discours prôné par le premier ministre chief Dr. Joseph Dion Ngute lors de sa mission de paix à Bamenda puis à Buea.

Oui comme nous l’avons toujours dit ,il faut reconnaître qu’il n’ya pas de volonté politique pour résoudre la crise anglophone. Parce-que personne mieux que le président Biya maîtrise la situation anglophone. Il est aux affaires dans ce pays bientôt 60 ans.il sait parfaitement de quoi il s’agit. Je rappelle que en 1979 en tant que premier ministre ,c’est lui qui avait conduit la délégation envoyée par Ahmadou Ahidjo pour désamorcer les velléités sécessionniste s qui germaient déjà.pour ceux qui connaissent ce qui s’est passé le 11 fevrier 1961 en ce qui concernait le référendum de l’autodétermination ,ils savent que dans la partie anglophone du pays ,il y’avait 03 tendances :ceux qui voulaient se rattacher au Cameroun ,ceux qui voulaient se rattacher au Nigeria et ceux qui voulaient l’indépendance. C’est en 1957 que le mot Ambazonie a été entendu pour la première fois.Mais l’ONU a estimé que c’était un micro état et qui n’était pas viable.Raison pour laquelle il fallait que cet état se rattache soit au Nigeria ,soit au Cameroun. Et quand John Ngu Foncha est premier ministre de 1957 jusqu’à la réunification ,ils ont oublié cette idée de sécession. Il faut rentrer dans l’histoire pour mieux comprendre cette affaire. Malheureusement lorsque nous disons ,on nous accuse de prêter flanc aux séparatistes. Au Mrc ,nous disons qu’il faut comprendre certaines frustrations avant de savoir comment régler ce problème. Maintenant on va vous dire que tous les camerounais ont des problèmes. Allez à Ntui ,à Ndom ,Yoko , ou au Nord…vous comprendrez que rien ne va au Cameroun. Le véritable problème du Cameroun ,cest la mauvaise gouvernance.Si les camerounais étaient bien aujourd’hui ,le problème anglophone ne se poserait plus.Nous avons une constitution qui parle d’un état unitaire décentralisé. La décentralisation ,c’est une chance pour le Cameroun de se développer.Malheureusement ,on n’a jamais implémenté. Nos frères du Cameroun occidental savent ce qu’ils ont perdu au lendemain du référendum du 20 Mai 1972. Si on ne commence pas par résoudre ces frustrations ,ça sera très difficile . puisqu’on est face à un gouvernement autiste ,muet et aveugle.On observe que la crise s’enlise .ily’a nécessité d’ouvrir un dialogue. Ceux qui nous gouvernent devraient tendre les oreilles ,ouvrir les yeux .Comment se fait il qu’après la tournée du premier ministre , qu’il y’ait cette radicalisation ! Ils sont montés d’un cran dans leur capacité de nuisance. On avait déjà tout vécu ,sauf les attentats. Nous avons à faire dans le Nord – ouest et sud – ouest à une force sécessionniste et non une rébellion. J’ai l’impression que le langage du premier ministre n’a pas été écouté .Les gens ont las d’attendre l’ouverture de ce dialogue et se sentent frustrés et comprennent qu’il s’agit d’un simple en fumage.

D’aucuns pensent que la résolution pacifique de cette crise passe nécessairement par la libération des prisonniers politiques y compris certains de vos amis politique du Mrc.

Je pense que nos camarades qui sont actuellement embastillés ,méritent d’être libérés. Par ce qu’ils posaient des problèmes fondamentaux qui minent notre pays tels le scandale lié au retrait de can 2019 au Cameroun , non à la guerre dans le nord-ouest et le sud -ouest…lorsque dans un pays ça ne marche pas ,et en tant que parti politique , nous avons le droit de tirer la sonnette d’alarme. Ils faut libérer nos camarades pour qu’ ensemble on œuvre pour la paix.

 Par : Didier kieretu

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *