septembre 23, 2020

GIMAC : Une réunion sur la mise en œuvre de l’interopérabilité intégrale carte et mobile dans la Cemac se tient depuis ce mercredi à Douala.

GIMAC : Une réunion sur la mise en œuvre de l’interopérabilité intégrale carte et mobile dans la Cemac se tient depuis ce mercredi à Douala.

L’interopérabilité monétique est la capacité ou la faculté pour des systèmes de paiement, d’échanger des données transactionnelles entre eux, à des fins de dénouement des opérations de paiement. Prennent part aux assises initiées par le Groupement Interbancaire Monétique de l’Afrique Centrale (Gimac), des représentants de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (Beac), les établissements de crédits et de micro finance, les trésors publics des Etats membres et les opérateurs de téléphonie mobile. Durant trois jours, ils vont traiter ensemble toutes les questions d’ordre règlementaires, organisationnelles et opérationnelles liées à la mise en place de l’interopérabilité intégrale carte/mobile/transferts afin d’en assurer le plein succès. Pour ce faire les échanges vont s’articuler autour du périmètre de l’interopérabilité intégrale, les impacts sur les réseaux internationaux, le référentiel opérationnel, la sécurité, les principes de tarification entre-autres. Face à l’essor de nouveaux instruments de paiement à l’exemple du mobile, il est apparu nécessaire d’élargir le périmètre de l’interopérabilité afin de prendre en compte cette nouvelle donne, pour accentuer la dématérialisation des paiements dans la sous-région. L’interopérabilité intégrant les Mobile Money, ainsi que les transferts d’argent dans la sous-région permettra une avancée technologique considérable et impactera fortement toutes les transactions financières des usagers d’où sa nécessité. « Nous avons constaté que les couches les plus défavorisées de la population de la Cemac qui sont les plus nombreuses, ceux qui sont dans les villages dans l’arrière-pays etc ont beaucoup plus épousé le mobile comme instrument de paiement. Nous voulons donc désormais étendre l’interopérabilité carte qui existe jusqu’à ce jour dans la sous-région au mobile, au transfert d’argent et pourquoi pas aux autres instruments de paiement électronique » explique Valentin Mbozo’o, Directeur Général du Gimac. Ainsi, une carte de paiement pourra effectuer des retraits d’argent sur tous les guichets automatiques de la sous-région, et sur tous les points de chargement et déchargement électronique, d’effectuer des paiements de biens et services chez tous les commerçants, et de transférer de l’argent dans toute la zone Cemac d’où la mobilité des paiements, l’aisance des paiements, l’émergence des paiements qui est indispensable à l’émergence économique. En clair l’interopérabilité monétique intégrale permettra aux porteur et utilisateurs de la Cemac de réaliser des opérations de paiement, de transfert de fonds dans la Cemac à des couts moindres que ceux des réseaux internationaux ou des opérateurs internationaux de transferts d’argent. Elle va inter opérer tous les réseaux mobile et carte de la Cemac.
Les usages de la carte Gimac sont multiples et énormes certes en termes de gains. Si le Gimac veut faire bouger les lignes en limitant les tracasseries de paiements liées au déficit en termes d’infrastructures de communication notamment les routes, les transports, les moyens de déplacement, des pesanteurs demeurent. Le Gimac reproche aux banques de faire uniquement du profit et en appelle au patriotisme économique et au patriotisme. « J’ai eu l’impression que la carte Gimac n’était pas promue. Où les produits de la sous-région, les produits financiers, les offres de paiement, les instruments de paiement de la sous-région n’étaient pas promus tout simplement ces éléments ont été dimensionnés par la Banque Centrale pour profiter au plus grand nombre. Nous avons eu l’impression nous au Gimac que les banques n’étaient pas beaucoup plus promptes à promouvoir les cartes Gimac qu’à promouvoir les cartes internationales. Il faut développer la région car en retard sur les paiements, sur la dématérialisation des moyens de paiement. Il va falloir faire quelque chose pour qu’on évolue dans ce sens-là » martèle Valentin Mbozo’o.
Au terme de trois jours de travaux les attentes sont énormes surtout sur la mise en œuvre de l’interopérabilité intégrale carte/mobile/transfert afin qu’elle se passe mieux que ce qu’on a connu avec l’interopérabilité carte. Le Gimac est issu de la deuxième réforme institutionnelle du Système Monétique Interbancaire (SMI) institué par la Beac et assure la gestion du système Monétique Interbancaire. Face au besoin d’harmonisation du secteur, en date du 10 aout 2018, une instruction portant définition de l’étendue de l’interopérabilité et de l’interbancarité des systèmes de paiement monétique a été signée par le gouverneur de la Beac.

Par : Sandrine BABO

 

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *