août 04, 2020

POLITIQUE : LE BUDGET 2020 DE LA COMMUNE DE TONGA A ETE VOTÉ

POLITIQUE : LE BUDGET 2020 DE LA COMMUNE DE TONGA A ETE VOTÉ

 

La session ordinaire du Conseil Municipal consacrée au vote du Budget 2020 de la Commune de Tonga s’est tenue ce jour 27 Décembre 2019 au Foyer Municipal de Tonga, sous la présidence de M. le Maire BITCHEBE Désiré Raphaël, et en présence de M. ETAPA François Franklin, Préfet du Ndé.

Outre la présence des Conseillers Municipaux, cette session participative a connu la participation du Chef de Groupement S.M NGAPMOU Louis, des Chefs de villages et de quartiers, des présidents des comités de développement des villages et des quartiers, des ministres de culte et de certains responsables des partis politiques. 
Les aspirants Conseillers municipaux étaient aussi invités, selon le Maire, pour une préparation de la relève dans la continuité, d’autant qu’il reviendra à ces conseillers de 2020 de gérer le budget en cours de vote.

Dans son long discours de politique générale, l’Ingénieur Maire BITCHEBE D.R a félicité les conseillers municipaux sortants pour avoir réalisé avec lui, aux yeux des populations de Tonga, le meilleur mandat municipal du moment. Il a toutefois regretté que toutes les expériences que ces conseillers avaient déjà engrangées ne serviront pas au nouveau Conseil. Il les a invités à apporter tout leur encadrement à ce Jeune Conseil qui aura besoin de leurs compétences.
Le Maire a présenté son Plan d’Investissement Annuel et a justifié la vision ayant conduit au choix des différents projets par secteur et par localité. Plusieurs projets structurants sont ainsi sortis des promesses, et leur exécution changera encore plus le visage de Tonga tout en améliorant les recettes communales. Les plus visibles sont : L’aménagement d’un espace de loisirs à la plage sur les rives du Ndé, La construction d’une ferme avicole municipale, La construction d’un foyer municipal dédié à la formation et à l’animation professionnelle des jeunes et des femmes, Plusieurs conventions dans le domaine du reboisement économique, La réalisation du Plan d’Occupation du Sol de la ville, l’urbanisation de Babitchoua et de Bandounga, etc.

Le Conseil s’est planché avec son habituelle assiduité sur les moindres détails, et le Maire a été invité chaque fois à donner les réponses et explications aux interrogations des conseillers. Des points saillants, on peut retenir que :
– Les projets de 2019 qui ne sont pas achevés à ce jour ont été reportés en 2020, et des mesures sont prises pour s’assurer que les attributaires les exécutent à tout prix,
– La pluviométrie abondante et les difficultés d’accès sont à la base de la suspension des projets de Dalot de Baloua et de 2 salles de classe à Telegwa. Ces chantiers devraient démarrer en cette saison favorable,
– Il n’y a jamais eu un financement BIP pour une case communautaire à Bandounga. Le projet de case communautaire avait été initié par le Maire sous fonds propre avec appui du PNDP. La contrepartie communale a été payée tardivement, et le projet a pris un retard d’une année. Après paiement de cette contrepartie, l’appel d’offres a été lancé et dépouillé, et la Non-objection du PNDP est attendue,
– Face au procès d’intention en toile de fausses accusations entretenues par certains conseillers contre la personne du Maire, ce dernier a tenu à dire/rappeler à l’assistance qu’il est l’un des meilleurs Experts en passation des marchés au Cameroun, et il a indiqué le rôle et la responsabilité d’un Maire/Maitre d’ouvrage dans les procédures querellées, avant d’inviter enfin les accusateurs à cesser la campagne d’intoxication de la population avec des mensonges du genre : le Maire a volé l’argent des projets, le Maire gagne lui-même tous les marchés, le Maire est un prisonnier, etc. 
– La Mairie n’a dépensé aucun franc dans les travaux de réhabilitation de la Niveleuse Galion. Ce sont les fonds privés qui sont dépensés à cet effet, et les prestations ne seront payées qu’après essais concluants et réception. 

Au terme de la session, le budget de l’exercice 2020 de la Commune de Tonga a été voté en recettes et en dépenses à la somme de Huit cents cinquante-sept millions cent dix-sept mille quatre cents quatre-vingt-dix-huit (857 117 498) francs CFA, soit un accroissement de l’ordre de 2,2% par rapport au budget de l’exercice 2019.

Le Plan de Campagne indique des projets à suivre d’un coût global de FCFA 2 187 842 498, dont : 1 439 000 000 de projets hors budget et 748 842 498 de projets à gestion interne.

Dans ses adresses de début et de fin, le nouveau Préfet du Ndé, qui a assisté à la partie chaude des travaux en commission, a fait plusieurs constats qui sont pour lui des indicateurs du non-développement de Tonga :
– La commune doit créer des projets générateurs de revenus et élargir son assiette fiscale pour ne plus dépendre des Centimes additionnels communaux. Le Maire peut créer le marché des plantains, ou un hôtel municipal !
– Tonga n’exploite pas son potentiel agricole au niveau des recettes communales : la taxe sur le revenu agricole n’est pas perçue, le marché de l’axe-lourd ne produit pas grand-chose, la taxe sur le batail est nulle, et ce sont toujours les conseillers municipaux qui en sont à l’origine dit-il.
– Tout est focalisé à Tonga autour des villages Bandounga, Baloua et Babitchoua : il a regretté cela et a invité les conseillers à penser au développement du territoire communal qui est composé de 21 villages et 21 quartiers, et non seulement des villages Bandounga, Babitchoua et Baloua. Cette considération est tellement poussée qu’elle a eu un impact sur sa tournée de prise de contact à Tonga, avec beaucoup d’adversité relevé de la part des Elites,
Il a promis participer lui-même aux débats lors des prochains conseils, afin de pouvoir féliciter les bons Conseillers.
Il s’est réjoui de l’approche participative marquée par la présence massive des acteurs du développement à la base que sont les chefs de villages et les représentants des comités de développement des villages/quartiers.

Pour ce qui est des Mots, on peut retenir ceci de M. Bitchebe D.R : « C’est vraiment vouloir rester dans l’obscurité si on s’empresse d’éteindre la lampe de l’éclaireur rencontré en chemin, sans s’être assuré de disposer au moins d’une torche » 
Source : Celcom Mairie de TONGA

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *