août 04, 2020

Cameroun : Attaques après un nouveau Gouvernement

Cameroun : Attaques après un nouveau Gouvernement

Paul Biya, le chef de l’État camerounais a modifié son équipe ministérielle le 4 janvier dernier

Beaucoup de Camerounais attendaient un mouvement de grande amplitude au sein du Gouvernement en raison d’un contexte politique particulier. Ce contexte c’est notamment le retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations 2019 au pays avec à la clé multiples scandales de gaspillages financiers. Au lieu du Tsunami, le président camerounais a opéré un simple réaménagement du gouvernement. Au total, une dizaine de postes ministériels sont concernés mais pas de changement majeur hormis le Premier ministère désormais tenu par Joseph Dion NGUTE. Diplomate et juriste de formation, il est originaire du Sud Ouest l’une des deux régions anglophones sous tensions socio politiques depuis deux ans. A 65 ans, le promu a par ailleurs représenté le pays dans les organes des Nations unies et était depuis près d’un an Ministre chargé de Mission à la Présidence de la République.

Il a été nommé quelques heures avant les autres membres du Gouvernement. Sur la dizaine de départements touchés, on peut citer le ministère de la Communication d’où Issa TCHIROMA Bakary quitte pour le Ministère de l’emploi et de la Formation Professionnelle et cède place à un fidèle de Paul Biya, René Emmanuel SADI. A la Santé publique, André MAMA FOUDA est limogé et remplacé par MADAOUDA MALACHI. Jeux de chaises musicales entre Narcisse MOUELLE KOMBI et Pierre Ismaël BIDOUNG PKWATT. Le premier laisse les Arts et Culture où il était pour le Ministère des Sports et de l’éducation Physique, poste qu’occupait le second lui même qui devient Ministre des Arts et Culture. Une entrée très commentée au Cameroun, celle de l’avocat Jean De Dieu MOMO. Président d’un parti politique entré dans la majorité présidentielle à l’occasion de la présidentielle d’octobre 2018, il est promu Ministre délégué auprès du Ministre de la Justice, garde des Sceaux. Présenté jusque là comme un opposant, ses prises de position obstinément dithyrambiques vis à vis du chef de l’État alors Candidat ont surpris certains observateurs de la scène Politique Camerounaise et lui ont valu des critiques des plus acerbes notamment sur les Réseaux sociaux. Le nouveau Gouvernement attend son installation mais les séparatistes anglophones du Pays n’ont pas attendu. Dès le lendemain samedi, plusieurs incidents ont été signalés dans les deux régions crise. A Bamenda dans le Nord Ouest, des affrontements ont opposé l’armée aux groupes sécessionnistes. Au moins 3 véhicules ont été incendiés d’après des témoins. Des actes de représailles contre les usagers n’ayant pas respecté le mot d’ordre spécial des villes mortes lancé par les Séparatistes en commémoration du Premier anniversaire de l’arrestation de Julius SISIKU AYUK TABE. Le leader séparatiste a été arrêté au Nigeria puis transféré à Yaoundé le 5 Janvier 2018, son procès est pendant devant les tribunaux. La prochaine audience est prévue le 10 janvier 2019

Par : Donald Brice Kamgang

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *